Georges Maurevert – Le Premier (Petit conte antédiluvien) (1900)

0

« Le Premier (Petit conte antédiluvien) », de Georges Maurevert, est paru dans Gil Blas du 28 janvier 1900 ; ainsi que dans Le Fin de Siècle du 3 juin 1900 (signé « Pussy »).

L’illustration est extraite de Candide, du 26 octobre 1933.

Le Premier (Petit conte antédiluvien)

« Cela se passait, il y a six mille ans, dans le Jardin de Volupté, sur les bords du fleuve Phison, qui entoure la terre d’Hévilath, où l’on trouve le Bdellium et la Pierre Onyx. »

Couchés sur un souple tapis de mousse tendre semé de violettes, à l’ombre d’un fourré odorant d’hibiscus et de lilas en fleurs, Adam et Ève parlaient d’amour.

Ils parlaient d’amour, les beaux enfants, sous l’Aither lumineux où planaient des palombes, dans le frissonnement des sistres et le frisselis à peine audible des harpes séraphiques.

Ah ! ces primes étreintes !… Ce fabuleux étonnement d’être semblables — et cependant de ne pas l’être !…

Adam palpait de ses mains peureuses et ravies « l’argile idéale » de sa radieuse compagne, et c’était d’incessantes surprises… Ève promenait ses doigts curieux sur l’épiderme si blanc du mâle, admirant ingénument sa prestance et son impérieuse beauté. Ses lèvres, suivant ses doigts, se posaient çà et là, gaminement…

Adam, soudain, eut une mimique si particulièrement expressive qu’elle fit aux lys du visage d’Ève s’harmonier des roses…

— Oh ! mon chéri, voyons !… implora-t-elle d’une voix si exquisement dolente que, souriant, Adam insista.

« Cela se passait, il y a six mille ans, dans le Jardin de Volupté, sur les bords du fleuve Phison, qui entoure la terre d’Hévilath, où l’on trouve le Bdellium et la Pierre Onyx. »

Ève se cachait, à présent, dans la poitrine de l’amant extasié ; et Adam baisait la suave et flave chevelure de la Bien-Aimée.

La douce créature leva enfin sa face un peu confuse où s’harmoniaient idéalement des lys et des roses…

Et sincère, d’une voix nice et délicieuse qui semblait le vloument velouté d’une aile d’oiseau menu :

— Ah ! mon chéri, dit elle, je te jure bien que tu es le premier !…

« Cela se passait, il y a six mille ans, dans le Jardin de Volupté, sur les bords du fleuve Phison, qui entoure la terre d’Hévilath, où l’on trouve le Bdellium et la Pierre Onyx. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.