Maurice Coriem – L’Amour mécanique : Chronique de l’an 2934 (1934)

0

« L’Amour mécanique : Chronique de l’an 2934 », de Maurice Coriem, fut publié dans la revue Séduction n° 46 du 15 septembre 1934. Les illustrations qui accompagnent ce récit ne sont pas signées.

L’Amour mécanique : Chronique de l’an 2934

L’intensité de la fabrication et le minutage horaire avaient sagement et prudemment laissé aux citoyens matriculés, la fraction temporaire nécessaire aux obligations indispensables aux êtres animés et supérieurs. En effet, 4 heures 13 minutes 2 secondes étaient réservées, chaque jour, au sport.

X. B. 17834 et son aimable épouse L. R. 23617 étaient un ménage parfait que les hauts-parleurs du IIe district, où étaient situées leurs usines de rendement intensif, proclamaient en exemple civique. Ils accomplissaient strictement les mouvements prescrits par le professeur de développement physique et avaient obtenus d’excellentes places dans le classement national de rugby en ballon carré.

Le dictateur A. B. C. XV (quinze, selon son numérotage dynastique) avait édicté qu’il importait de ne pas perdre de vue le principe des vieux ancêtres de 2893, qui avaient décidé de demander au sport l’extinction des instincts bestiaux qui, pendant des siècles, avaient poussé les hommes et les femmes à des accouplements monstrueux qui, en dehors même de leur caractère animal, faisaient perdre à l’humanité un temps précieux arraché à la fabrication ou aux affaires.

X. B. 17834 et L. R. 23617 étaient vraiment un couple idéal. Leur association de construction d’appareils à calculer les mesures cubiques était prospère.

Enfin, l’humanité avait su s’affranchir des turpitudes et de l’asservissement de l’amour. Dans l’exercice de la vie quotidienne, à peine distinguait-on les hommes des femmes. Et l’on pouvait espérer, dans un avenir scientifique, que les dernières apparences et les suprêmes différences ne seraient plus que le souvenir de siècles d’obscurantisme.

Une dernière concession, accordée aux rétrogrades ennemis du progrès, attribuait au sexe ex-féminin le numérotage impair de son immatriculation, les chiffres pairs étant réservés aux ressortissants de l’espèce ci-devant masculine.

Mais cette anomalie était considérée comme provisoire par tous les bons esprits.

X. B. 17834 et L. R. 23617 allaient tous les deux jours au cinéma. Ils y prenaient un grand plaisir. Comme tous les citoyens sages, ils s’amusaient follement à la présentation des films des époques périmées. Était-il possible que des êtres humains eussent pratiqué de telles mœurs, dont la barbarie effarante apparaissait comme un défi à la raison !

Parfois, un rétrospectif montrait des êtres qui, se rapprochant curieusement l’un de l’autre, semblaient se frotter réciproquement les lèvres. On se demandait à quoi rimait cette singulière opération.

·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·

Un soir, L. R. 23617 vit son mari soucieux et pensif. En tendre compagne et comme il sied dans une association commerciale bien comprise, elle vint gracieusement lui demander compte de son ennui.

— J’ai reçu, lui dit-il une sommation du fisc.

Déjà il avait reçu un avertissement, puis un commandement.

Il lui tendit le papier.

— Il le faut ! dit-elle.

— Cela nous fera perdre du temps, dit-il. Mais l’ordre de l’administration des contributions était formel.

— Nous sommes tout juste dans les délais, dit X. B. 17834.

— Faisons vite ! répondit L. R. 23617.

Ensemble, ils relurent la prescription officielle. Penchés tous deux sur l’imprimé, ils offraient cet aspect naïf et touchant des tableaux de genre de l’antiquité au temps de Van Dongen.

C’est qu’en effet, en 2934, le fisc ne plaisantait pas sur les obligations civiques.

Déjà, au siècle précédent, sous le règne d’A. B. C. XIV, on avait observé que la continuation de la race exigeait des mesures particulières. L’heureuse disparition de l’amour sur la surface du monde civilisé avait eu des conséquences qu’il importait de conjurer. Notamment, une diminution considérable de la natalité. La science était intervenue pour rechercher le principe de la fabrication artificielle des échantillons de la race humaine.

Mais les essais tentés n’avaient pas pu, jusque-là, éliminer complètement la main-d’œuvre naturelle.

En conséquence d’un arrêté d’A. B. C. XIV, repris par A. B. C. XV, chaque ménage était contraint de fournir, selon son revenu et l’état de ses bénéfices commerciaux ou la superficie de ses portes et fenêtres, un nombre d’enfants déterminé par le contrôleur des contributions infantiles.

L’enfant du couple X. B. 17834 et L. R. 23617 était exigible pour l’exercice suivant.

— Chère L. R. 23617, dit X. B. 17834, dites à mon secrétaire de prendre note immédiatement de cette échéance.

— Oui, répondit-elle avec émotion. Je vais prévenir le professeur Q. Z. 68786.

Et elle baissa chastement les yeux.

·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·

Le professeur Q. Z. 68786, préposé aux naissances de la nation, reçut les deux époux dans son sévère cabinet de consultation tendu de statistiques et orné d’appareils de prothèse les plus inattendus.

Il interrogea paternellement les jeunes époux.

— Ne vous effrayez pas, dit-il à X. B. 17834. Ce n’est, mon ami, qu’un moment à passer. Je vous ferai d’ailleurs, comme il est d’usage en un tel cas, les dernières recommandations.

Et il ajouta à l’adresse de L. R. 23617 :

— Ensuite, madame, ce sera votre tour…

Il leur dit aussi :

— Malgré les progrès immenses de la science moderne, il n’a pas été possible d’éliminer tout à fait les procédés de procréation des époques d’autrefois. Du moins, en avons-nous supprimé les inconvénients principaux, pertes de temps, drames passionnels, amour sous toutes ses formes, contacts épidermiques, etc…

« La mécanique triomphante a remplacé tout cela. Mais la matière première — si je puis ainsi m’exprimer — doit être puisée encore aux mêmes sources. Ajouterai-je qu’hélas ! la fécondation artificielle est toujours à l’étude et que nous en sommes réduits, avec quelque humiliation, au système ancien de germination de l’embryon. Mais, madame, nous vous avons, nonobstant, épargné la plus regrettable servitude. Je vais vous montrer mes instruments de précision qui doivent vous donner toute sécurité.

« Voici, ajouta |e savant, l’appareil récupérateur. C’est vous, monsieur, qu’il intéresse. C’est cet instrument qui ira puiser aux sources vitales que nous n’avons pas pu encore isoler, afin de prélever le V. H. 7.80 x P. 2. 5.

— Qu’est-ce que c’est que ça ?

— C’est la formule chimique du produit organique dont l’usage vous est évité grâce à notre civilisation et dont nos aïeux faisaient une incroyable consommation. Le plus souvent particulièrement inutile, d’ailleurs. Mais ces anciens étaient stupides. Stupides et répugnants.

« L’appareil, continua le professeur, est, comme vous l’ignorez, conçu selon les données de l’anatomie et rappelle, par sa conformation et son principe, la nature elle-même. En mieux, naturellement… Tel est le récupérateur à votre usage, monsieur.

L. R. 23617 rougissait légèrement.

— Et ensuite ? demanda-t-elle avec une curiosité qui démontre, depuis Eve, la persistance de l’hérédité, en dépit des meilleurs procédés de civilisation moderne.

— Et alors, madame, acheva le savant, voilà l’instrument distributeur. L’histoire naturelle faisait beaucoup moins bien. Celui-ci peut être employé un nombre de fois pratiquement incalculable. Il est toujours prêt à remplir son office. Il est le complément du récupérateur dont il emprunte et emploie le V. H. 7.80 x P. Z. 5.

Et, souriant à l’épouse :

— Vous n’aurez pas, madame, à connaître le stupre et le prurit du mâle et à vous y soumettre honteusement. La science a ennobli cet acte qui ravalait le roi de la création au niveau des bêtes, Je serai chez vous le quarante-sixième jour de cette année à la seizième heures vingt et une minutes quinze secondes approximativement. Allez et multipliez !

C’est ce même soir que X. B. 17834 et L. R. 23617 s’en furent ensemble au cinéma gentiment, comme deux associés industriels que ne divise aucune question de fabrication ou de mécanique. Le spectacle comprenait une reconstitution de l’existence, mille ans auparavant.

Sur l’écran, avec le relief et la couleur que l’art cinématographique présentait, tout pareils à la réalité, les tableaux de 1934 se succédaient. Un film de cette époque racontait une histoire étrange et à peu près incompréhensible en 2934. Deux êtres de sexe opposé s’approchaient stupidement l’un de l’autre et se frottaient les lèvres ou restaient longtemps dans cette position, nez contre nez. Il y eut même une scène où on les vit couché tous les deux dans le même lit. Sans doute n’avaient-ils, à eux deux, que celui-là. Encore aurait-il fallu l’expliquer pour l’intelligence de cette extraordinaire aventure.

A leur retour, à leur maison-usine, avant d’entrer chacun dans son balnarium, X. B. 17834 et L. R. 2367 échangèrent quelques considérations sur les mœurs déconcertantes des gens d’il y avait mille ans.

— Pourquoi diable étaient-ils ainsi nez contre nez ? demandait L. R. 23617.

— Chaque époque a ses coutumes, expliquait X. B. 17834. Ils étaient plutôt, selon cet antique usage, bouche à bouche, à ce qu’il m’a semblé.

— Mais pourquoi partageaient-ils la même couche, si leurs moyens, comme il semble, leur permettaient d’en avoir chacun une ?

— Les anciens, ma chère L. R. 23617, n’étaient pas parvenus au stade de civilisation où nous sommes.

— Êtes-vous sûr que c’était la bouche, et non le nez, qu’ils approchaient ainsi inexplicablement ?

— Je le crois.

X. B. 17834 et L. R. 23617 discutèrent longtemps de ce point. X. B. 17834 était un ingénieur démonstratif diplômé. A ce titre, il se devait de donner à son épouse une explication pratique, pour appuyer la théorie historique des mœurs de l’an 1934.

— Voici exactement, chère amie, quel était le mouvement de ces sauvages, dit-il.

Et, en s’excusant de l’obligation où la science démonstrative pouvait mettre un ingénieur démonstrateur, il approcha son nez de celui de la jeune L. R. 23617.

— Cela, fit-elle, n’a pas grande signification.

— Le reste non plus, dit X. B. 17834. Vous allez voir.

Et il approcha sa bouche de celle de L. R. 23617.

— Eh !… Eh !… fit-elle.

— Oh !… oh !… fit-il.

— Il me semble, dit-elle, que cette expérience, sur l’écran, se prolongeait plus longtemps.

— Je crois aussi, dit-il, que ces grossiers barbares complétaient ce geste labial en augmentant sa pression.

— Comme ceci ? fit L. R. 23617.

— Ah !… Ah… dit X. B. 17834.

L. R. 23617 ne dit rien, mais elle ferma les yeux.

— Auriez-vous envie de dormir, chère épouse ? dit-il.

— Oui, souffla-t-elle. Mais ensemble dans le même lit, comme ces sauvages de 1934.

Le lendemain, le savant professeur se fit annoncer, porteur de ses appareils de récupération et de distribution.

— Je crois cet appareil de récupération inutile, chère L. R. 23617, dit  17834.

— Je crois aussi cet appareil de distribution superflu, cher X. B. 17834, dit L. R. 23617.

·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·    ·

L’enfant naquit dans les délais fiscaux. Comme il était du plus incontestable sexe mâle, il fut immatriculé sous le numéro X. B. 17836. Il était admirablement constitué.

Mais il ignora toujours la honte de sa naissance.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.